Les exigences réglementaires en matière de fonds propres sont calculées en fonction des pondérations de risque attachées aux expositions de la banque.
Les pondérations de risque peuvent être déterminées soit via l’application de la méthode standard ou de modèles internes. Cela conduit à des différences substantielles entre les banques en ce qui concerne la pondération de risque moyenne (i.e. total des actifs pondérés par le risque sur total de l’actif).
Il est très intéressant de noter que les pondérations de risque des banques les plus endettées sont parmi les plus basses. Ainsi, Axa Bank Europe présente la pondération de risque moyenne la plus basse (17%). De même, Argenta et Deutsche Bank présentent des pondérations de risque moyennes très basses (22%).
À l’inverse, Triodos Bank présente une pondération de risque moyenne élevée 48%.

Comment expliquer ces différences ? Les banques qui présentent des pondérations de risque peu élevées utilisent généralement des modèles internes de risque (ou une combinaison de l’approche standard et des modèles internes) pour calculer leurs exigences réglementaires en matière de fonds propres. Or, l’expérience récente a démontré que ces modèles internes ont tendance à faire baisser les pondérations de risque. Il est difficile néanmoins d’évaluer dans quelle mesure ce constat est également valable dans le cas des banques actives en Belgique.
Enfin, comme c’est le cas pour les données liées au ratio de levier, celles qui concernent les pondérations de risque n’ont pu être calculées pour la plupart des banques les moins significatives (en raison d’un manque d’informations à ce sujet).

Graphique 13. Actifs pondérés en fonction des risques en proportion du total de l’actif (Décembre 2016)

Note : Lorsqu’aucun pourcentage n’est précisé au-dessus du nom de la banque, cela signifie que l’information requise pour calculer le ratio n’apparaît pas dans le rapport annuel ou financier.