Les 7 péchés capitaux des banques

Chiffres clés

Dérivés actifs (en milliards d'euros) - Chiffres 2011

Sources: Elaboration propre sur base des rapports annuels 2011 de Deutsche Bank, BNP Paribas, Crédit Agricole Group, ING Bank, Belfius Bank, Dexia SA, KBC Group, Axa Bank Europe, Triodos Bank, Argenta Spaarbank, et Bank J. Van Breda.

Déchiffrage

La taille du portefeuille de dérivésProduit dérivé
Instrument financier utilisé à l'origine pour protéger les investisseurs contre des variations inattendues de taux d'intérêt, de taux de change, de cours d'une action, du prix des matières premières, ou encore du risque de défaut de paiement d'un crédit. Concrètement, acheter un produit dérivé donne le droit (avec les options) ou l'obligation (avec les futures) d'acheter ou de vendre un actif dit sous-jacent (action, devise, pétrole etc.) à une date ultérieure, mais à un prix fixé aujourd'hui.

[Cliquez pour lire la suite]
est un indicateur utile pour évaluer l'ampleur des activités spéculatives d'une banque. En effet, bien que ces instruments financiers répondent à l'origine à un besoin d'assurance, nombre de banques les utilisent aujourd'hui à des fins purement spéculatives, pour parier sur les variations futures des taux d'intérêt et de changes, du cours des actions, des matières premières, etc.
Comme le montre le graphique ci-dessus, les banques Deutsche Bank, BNP Paribas et Crédit Agricole détiennent chacune un portefeuille d'instruments dérivésProduit dérivé
Instrument financier utilisé à l'origine pour protéger les investisseurs contre des variations inattendues de taux d'intérêt, de taux de change, de cours d'une action, du prix des matières premières, ou encore du risque de défaut de paiement d'un crédit. Concrètement, acheter un produit dérivé donne le droit (avec les options) ou l'obligation (avec les futures) d'acheter ou de vendre un actif dit sous-jacent (action, devise, pétrole etc.) à une date ultérieure, mais à un prix fixé aujourd'hui.

[Cliquez pour lire la suite]
gigantesque, avec une valorisation respective de 859, 461 et 382 milliards d'euros au 31 décembre 2011! Ces chiffres démontrent combien l'activité de ces trois banques est très orientée vers la spéculation. À l'autre extrémité, nous retrouvons Triodos, Argenta et Bank J. van Breda qui détiennent très peu d'instruments dérivésProduit dérivé
Instrument financier utilisé à l'origine pour protéger les investisseurs contre des variations inattendues de taux d'intérêt, de taux de change, de cours d'une action, du prix des matières premières, ou encore du risque de défaut de paiement d'un crédit. Concrètement, acheter un produit dérivé donne le droit (avec les options) ou l'obligation (avec les futures) d'acheter ou de vendre un actif dit sous-jacent (action, devise, pétrole etc.) à une date ultérieure, mais à un prix fixé aujourd'hui.

[Cliquez pour lire la suite]
, et n'utilisent ce type de produits essentiellement qu'à des fins de couverture (c'est-à-dire, pour gérer notamment leurs risques de taux de change et de taux d'intérêt).