Les 7 péchés capitaux des banques

Glossaire

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

  • Paradis fiscal
    Territoire caractérisée par les cinq critères (non cumulatifs) suivants: (a) l'opacité (via le secret bancaire ou un autre mécanisme comme les trusts) ; (b) une fiscalité très basse, voire une imposition nulle pour les non-résidents ; (c) des facilités législatives permettant de créer des sociétés écrans, sans aucune obligation pour les non-résidents d'avoir une activité réelle sur le territoire ; (d) l'absence de coopération avec les administrations fiscales, douanières et/ou judiciaires des autres pays ; (e) la faiblesse ou l'absence de régulation financière.
  • Passif
    Le passif d'une banque informe sur l'origine de ses ressources, c'est-à-dire les fonds collectés par la banque. Plus précisément, on retrouve au passif d'une banque: le capital (les actions propres), les dépôts des clients, les réserves (bénéfices passés non dépensés) et la dette (notamment ce que la banque a emprunté auprès d'autres institutions).
  • Périmètre de consolidation
    On appelle périmètre de consolidation l'ensemble des sociétés retenues pour établir les Comptes consolidés du groupe qu'elles forment. En général, le périmètre de consolidation comprend la société-mère et les sociétés dans lesquelles elle détient directement ou indirectement au moins 20% des droits de vote.
  • Position
    On dit d'un investisseur qu'il possède une position lorsque celui-ci a des titres ou des actions sur le marché. On peut distinguer deux types de positions. La première est la position acheteur ou la position longue. Dans ce cas, l'investisseur est en possession d'un certain nombre d'actions ou de titres et celui-ci croit fermement que la valeur des dites actions ou titres sont susceptibles d'augmenter. La seconde est la position vendeur ou la position courte. Dans ce cas, l'investisseur peut être considéré comme étant un vendeur à découvert car il a tendance à penser que la valeur de ses titres ou de ses actions va baisser, ce qui le met dans une position de vendeur.
  • Produit dérivé
    Instrument financier utilisé à l'origine pour protéger les investisseurs contre des variations inattendues de taux d'intérêt, de taux de change, de cours d'une action, du prix des matières premières, ou encore du risque de défaut de paiement d'un crédit. Concrètement, acheter un produit dérivé donne le droit (avec les options) ou l'obligation (avec les futures) d'acheter ou de vendre un actif dit sous-jacent (action, devise, pétrole etc.) à une date ultérieure, mais à un prix fixé aujourd'hui. Prenons, par exemple, le cas d'une entreprise qui doit recevoir d'un de ses clients 100 millions de dollars dans six mois. Étant exposée à un risque de baisse du billet vert par rapport à l'euro, un recul de 10% sur la période lui coûterait 10 millions de dollars. Pour garantir sa marge commerciale, elle peut souscrire un contrat de vente « à terme » (c'est-à-dire à une date future fixée par le contrat) par lequel elle s'engage à vendre 100 millions de dollars dans six mois contre des euros à un cours fixé dès aujourd'hui. Cela implique qu'elle trouve un opérateur (appelé « contrepartie ») prêt à s'engager à lui racheter ses 100 millions de dollars à un terme de six mois. Ce dernier prendra donc le risque qu'à l'échéance du contrat, le cours du dollar par rapport à l'euro ait baissé et qu'il en soit de sa poche.
  • Produit intérieur brut (PIB)
    Indicateur additionnant les valeurs ajoutées de toutes les entreprises opérant à l'intérieur du territoire national. Il comptabilise l'ensemble des activités créatrices de revenus à l'intérieur d'un territoire, soit la richesse monétaire totale d'un pays.