Les 7 péchés capitaux des banques

Quand les grandes banques accaparent le marché belge

Maison mère, DE
Bilan en 2011 :
2164 milliards d’euros
Maison mère, FR
Bilan en 2011 :
1965 milliards d’euros
Maison mère, NL
Bilan en 2011 :
731 milliards d’euros
Maison mère,
FR Bilan en 2011 :
605 milliards d’euros
Filiale détenue
à 100% par
Crédit mutuel
Arkéa

Comme le montre le graphique ci-dessus, une large part du secteur bancaire belge est aujourd'hui dominée par cinq grandes banques étrangères, dont quatre d'entre elles sont désignées par les régulateurs financiers comme "systémiques"Banque systémique
Banque qui, de par sa taille, représente un danger pour l’ensemble de l’économie en cas de faillite.
.

 

Certes, la présence de banques étrangères sur le marché belge ne constitue pas un mal en soi. Au contraire, l'économie belge n'est pas en mesure d'absorber la totalité de l'excédent d'épargne des ménages (près de 230,6 milliards d'euros fin 2012!).
Néanmoins, l'internationalisation du système bancaire belge pose problème aujourd'hui pour deux raisons principales: d'une part, l'ampleur prise par le phénomène est inédite; mais surtout, la nature des activités des grandes banques étrangères présentes en Belgique pose un risque pour la stabilité du système financier belge.

 

Questions/Réponses

1. Pourquoi les groupes bancaires étrangers s’intéressent-ils autant au marché belge?

2. Quels sont les effets pervers liés à l’internationalisation du système bancaire belge?

3. En cas de faillite de la maison mère, qui garantit les dépôts des clients belges de la filiale et/ou succursale?

4. Comment limiter les effets pervers liés à l’internationalisation du système bancaire belge?

Version imprimable (pdf)